Hemp

Hemp is related to the long history of Bréhémont, probably introduced in Anjou and established in Touraine in the late thirteenth, early fourteenth.

Used primarily for the manufacture of ropes and marine paintings, culture expanded considerably during the wars of Louis XIV, Louis XV and Napoleon.

From the late nineteenth century, sailing vessels are gradually replaced by steamships and hemp production is mainly devoted to textile mills. In 1853 production reached 853 tons for Bréhémont and covers almost half of the face of cultivable and occupies 530 workers for 1,700 inhabitants. Bréhémont's harbour has a very important activity, all hemp in the region are shipped away. River transport, either upstream or downstream is faster than ground transportation by cart. The train arrival marks the end of this preponderance.

La demande pour cette culture baisse sensiblement à la fin du XIXe pour disparaître au début du XXe et seuls quelques rares cultivateurs produisent du chanvre pour les artisans cordiers et ensuite du chanvre papier jusqu'en 1984. La culture du chanvre a fait la richesse de la commune, attirant un afflux de population et développant un commerce fluvial considérable.

Mais la « capitale du chanvre en Touraine » n'a pas anticipé la décadence de cette culture et elle voit sa population et son activité décroitre. Cependant, le chanvre qui a tant modelé la manière de vivre et tant rythmé les occupations saisonnières des « Brémoniers » n'a pas complètement disparu des paysages de la commune. En témoignent les nombreux fours à chanvre et hangars à broyer ainsi que les quelques routoirs — où l'on rouissait (laissait pourrir par immersion) le chanvre — que l'on rencontre au hasard des promenades sur le territoire de la commune.

Source : « Le chanvre en l'Isle de Bréhémont » Serge Brosseau et Jocelyne Pécault Éditions des Amoureux du Vieux Langeais